La " Blogosphère du Handicap "

Publié le 30 Juillet 2014

                La  "Blogosphère  du  Handicap"    

 

               J'emprunte cette expression au Blog de Za    http://meloelia.over-blog.com/ dont l'auteur(e), une ergothérapeute, est apparemment la première à l'employer sur internet (du moins en langue française) et je l'en remercie.

 

               Jusqu'à présent, de façon plutôt solitaire j'écrivais sur (mon) blogue de réflexion ce que j'avais accumulé durant ma carrière dans les hôpitaux et que je n'avais pu dire ou écrire par devoir de réserve (comme on dit dans la Fonction Publique) : je vidais ma tête en quelque sorte sans trop aller voir ailleurs ni lire ce qui s'exprime par voie informatique dans cette fameuse mais nébuleuse blogosphère du handicap.

 

             

Nébuleuse-planète de l'oeil de chat dans la constellation du dragon, ressemblant à des cellules en cours de multiplication alors qu'astronomiquement elle est en train de mourir.

(Viemort jusqu'au fond de l'univers !).

 

           Depuis peu de temps je "navigue" sur internet à la recherche de blogues s'intéressant aux handicaps et je "galère" ! J'erre donc dans l'immense blogosphère en tentant de me faire une idée de ce que cela représente.

       Si j'ai bien compris la blogosphère du handicap serait l'ensemble virtuel et mouvant des blogues actifs ou inactifs circulant sur la toile dont au moins un des centres d'intéret est le handicap (sous n'importe laquelle de ses formes), blogues derrière lesquels se trouvent leurs auteur(e)s et collaborateurs-trices, leurs lecteurs-trices et utilisateurs-trices, leurs commentateur-trices et visiteurs-teuses; blogosphère "concepto-visualisée" au moment où l'on observe cet ensemble informatique informe et fluctuant avec son volume  internet instantané de communications.

 

                         

 

           Et qui trouve-t-on dans cette nébuleuse ?     N'importe qui !      Mais parmi les créateurs-trices de blogues je distinguerais

1°/ les gens dits bien-portants concernés d'une façon ou d'une autre par les handicaps et

2°/ les personnes handicapées elles-mêmes.

    Dans le premier sous-ensemble on rencontre des professionnels et des universitaires, des professeurs chercheurs et des étudiants (de presque toutes les branches d'activités sociétales), des parents ou proches d'enfants handicapés, des représentants d'associations ou d'institutions laïques ou religieuses oeuvrant pour les personnes en situation de handicap, de trop rares représentants des Pouvoirs Publics et des Médias, des commerçants-artisants-industriels du "marché du handicap", quelques artistes et promoteurs évènementiels, des humanitaires, d'exceptionnels philosophes ou intellectuel(le)s..................... C'est donc très varié mais en petite quantité.

             Dans le second sous-ensemble il y a les "Handivisibles" qui parlent ouvertement et courageusement (parfois à visage découvert et sous leur vrai nom) de leur vie avec un ou des handicap(s) lié(s) à des accidents de la naissance ou de la vie, lié(s) à des maladies chroniques ou orphelines........et font savoir leurs opinions haut et fort mais peu relayées sur la toile (mais certains handicaps barrent la route à l'expression par ordinateur alors qu'il y aurait tant à dire!) ...... et il y a les "Handicachés" eux aussi entravés (souvent à un moindre degré mais pas toujours) dans leur vie quotidienne et professionnelle ainsi que dans leurs relations sociales mais qui arrivent à le nier ou à le masquer, à faire semblant d'être "normal(e)" quitte à passer pour "original(e)", tout cela pour, en général, préserver toutes leurs chances d'être intégré(e)s dans la vie sociale ordinaire, pour éviter la pitié et les fausses reconnaissances, pour passer inaperçu(e) des exploiteurs-euses de faiblesse et ne pas accroître leur vulnérabilité. Ceux-là sont indénombrables mais représentent un potentiel considérable !!!

 

                        

 

                L'anonymat partiel sous couvert de pseudonyme et autres stratagèmes est souvent la règle sur la toile, avec ses avantages et ses inconvénients :

  • "oser s'exprimer" comme une libération vis à vis de ses rigidités, de ses freins psychologiques, de ses rôles sociaux (ou autres), de ses a priori, de ses pudeurs trop étroites..... mais aussi expression-libération de ses démons, de ses peurs, de ses chagrins, de ses pertes, de ses échecs......

  • favoriser la spontanéité des échanges mais aussi la superficialité.....

  • ouverture pour de l'inavoué du "non-dit-jusqu'ici" en contournant la honte et les reproches.....

  • tester des idées ou des effets d'annonce sans prendre de gros risques.....

  • donner plus de mordant à son combat, plus de piquant à son humour, plus de délire à ses rêves.....
  • asséner des vérités (non identifiables, non personnalisables) pour le bien de tous mais qui parfois peuvent être injurieuses et destructrices pour certain(e)s faisant alors la preuve de sa lâcheté, de son ignorance ou de son cynisme.....

  • opérer une généralisation plus facile (mais à responsabilité diminuée) de propos particuliers et d'expériences personnelles.....

  • chercher ainsi à éviter le piège de l'autosatisfaction immodérée ou celui de l'autodévaluation infernale.....

  • se sentir à égalité avec les autres blogueur(euse)s quand on se trouve laid(e), timide, limité(e) ou handicapé(e).....
  • éprouver un sentiment d'innocence étonnée voire décomplexée devant son audience à ce point inespérée.....

  • faire tomber un sentiment de toute puissance, vite désamorcée par les critiques d'autant plus virulentes qu'elles sont, elles aussi, anonymes.....

  • manifester ainsi sa crainte d'être taxé(e) d'exhibitionnisme psychologique ou de vantardise culturelle, de pédantisme intellectuel ou de ringardise artistique, d'amateurisme scientifique ou de nullité littéraire.....
  • déjouer des surveillances ou des stigmatisations jugées excessives ou (se) protéger (son travail, sa tranquillité , sa réputation, ses proches, ses sources.....etc....).....                                      

  • la liste n'est pas close.............. n'hésitez pas à rajouter d'autres motivations (positives ou négatives) à l'anonymat sur internet !!! 

             Quand un(e) handicaché(e) utilise l'anonymat sur la "toile"  (ce fut mon cas au départ de ce blogue)  c'est révélateur de l'ampleur de ses craintes, de la conscience de ses fragilités et de l'agressivité arachnéenne de la société d'aujourd'hui.

             La hardiesse vient ensuite devant la constatation de l'aveuglement et de la surdité de cette même société française à propos des plus évidents problèmes liés aux handicaps (démonstration par le honteux mais "légal" (!!!) report de date de l'accessibilité aux personnes en situation de handicap, des transports et bâtiments publics).

             Puisse la blogosphère du handicap prendre de l'ampleur de la cohérence et de l'influence pour participer au changement de regard de la société sur les handicaps et à la prise en compte juste et positive des besoins de toute la gamme des densités humaines des personnes handicapées dont le potentiel est largement sous valorisé dans notre société française d'aujourd'hui.

 

                              Dr.  Edlydol'  

 

Pour vous à quoi ressemble la blogosphère du handicap, est-ce une chimère informatique, un rêve égocentrique, une utopie individualiste ou une réalité sociétale qui peut devenir efficace ?

Que pensez-vous de l'anonymat sur internet ?

J'espère vraiment diversifier ce blogue avec vos opinions !

 N'hésitez pas à commenter, je vous répondrai.                   

 

           

 

 

Interprétation personnelle du centre d'une oeuvre d'Art Cinétique Contemporain de Yaacov Agam (plasticien israélien né en 1928) comme représentative d'une blogosphère. Photographie de Sonia Marquez.

Interprétation personnelle du centre d'une oeuvre d'Art Cinétique Contemporain de Yaacov Agam (plasticien israélien né en 1928) comme représentative d'une blogosphère. Photographie de Sonia Marquez.

Rédigé par Edwin Lyoquaim alias Dominique Lamy

Publié dans #Société

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

alain l. 30/07/2014 10:07

Bonjour Dominique. ...

" J'empreinte cette expression"
Pour moi , j'aurais plutôt dit j'emprunte ;-) ...

c@t
alain l.

alain l. 31/07/2014 08:21

Bonjour Dominique ... Il s'agissait sans aucun doute d'un " lapsus ortografus" ... Bon, je n'ai plus qu'à reposter sur le Réveil votre article corrigé ;-) ...

cordi@micalement

alain l.

Dominique 31/07/2014 01:24

Bonsoir Alain
Merci beaucoup pour cette judicieuse remarque orthographique (et pourtant je me surveille à cet égard !) sans doute cette expression, nouvelle pour moi et lue il y a quelques mois, m'a-t-elle marqué au point de laisser son empreinte dans mon cerveau !
J'emprunte donc votre chemin en allant corriger cette erreur de ce pas.
À bientôt j'espère et bonne continuation pour vos activités.
Dominique L.